Maçonnerie – Ferraillage – Fondations – Autoconstruction

Découpe poteauxHérisson ceinturé de parpaings, briques et renforts

Le terrain étant très argileux, j’ai choisi de faire des semelles filantes et un hérisson rempli de cailloux calcaires. Comme précédemment expliqué le ferraillage est prévu pour faire une structure solidaire depuis les semelles jusqu’à la dalle, le tout soudé.

Les ferrailles sortent des semelles, environ tous les trois mètres, j’ai maçonné des parpaings, aussi appelés moellons, blocs ou quérons sur les semelles et à l’emplacement des ferrailles, j’ai maçonné des blocs à poteaux que j’ai ensuite dû recouper car il étaient plus haut de 5 cm par rapport aux parpaings.

Protection du gel-parpaingsIl m’a fallu protéger la maçonnerie au fur et à mesure de l’avancé car le gel était malheureusement au rendez-vous.  Pour cela, j’ai utilisé des bâches pour couvrir du mieux possible les parpaings maçonner le jour et ainsi, limiter la baisse de température la nuit. J’ai fait les mélanges de mortier à la pelle, n’étant pas maçon de métier, la bétonnière était inutile. Avec une bétonnière, la quantité de mortier aurait été trop importante pour que je puisse l’utilisé dans les temps.

Maçonner les briques qui serviront de banches pour bétonner la dalle

J’avais besoin de 10 cm de plus, sur le mur, pour retenir le béton de la dalle mais malheureusement, de telles briques n’existent pas. J’ai donc acheté des briques Terreal de 4/20/40 que j’ai recoupé, à la disqueuse, en deux, dans le sens de la longueur, ce qui donne des briques de 4/10/40. L’avantage de la coupe, est que l’on peut se permettre de couper la hauteur désirée. En clair il est possible de rattraper les erreurs (de niveau) commises lors du maçonnage des parpaings.
Attention à ne pas trop descendre (pas en dessous de 8cm), cela risquerait de poser problème pour le chainage (ferraille à béton) qui serait plus haut que la brique donc hors du béton.

Angle-briques

J’ai maçonné ces briques alignées sur les parpaings à l’aplomb de la face extérieure, j’ai poussé un peu « le bouchon » en faisant des coupes à 45° pour les angles. J’ai tendu un cordeau aligné à l’arête supérieure des briques qui sera le niveau final de la dalle.

 Boucher les joints de parpaings

Pour plus de solidité et étant donné que le béton de la dalle est trop épais pour boucher les jointures de parpaings, avec mon fils, nous les avons bouché au mortier un par un. Petite activité ludique qui a fait plaisir à tout le monde. Les enfants sont très contents quand ils peuvent participer à la construction.Bouchage des jonctions parpaings

 Conseils pour la maçonnerie des fondations :

– Prévoir de la ficelle (cordeau)
– Des parpaings en plus(moellons, blocs…) pour les coupes ratées
– Les matériaux, mortier (sables, ciment)
– Une disqueuse et un disque diamant
– Une bétonnière si vous êtes plusieurs, sinon une pelle suffira
– Truelle, règle, niveau (laser ou à bulle)
– Une auge ou la brouette pour le mortier
– Une bâche pour faire le mélange au sol

    

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *